Loading...

Muso Shinden Ryu

/Muso Shinden Ryu
Muso Shinden Ryu 2018-09-29T14:39:18+00:00

夢想神伝流 – Muso Shinden Ryu

« une école développée selon une vision divine apparue lors d’un rêve »

« transmission d’une vision divine »

 Musō Shinden-ryū est un style d’iaido fondé par Nakayama Hakudō aux alentours de l’année 1932. Le nom Musō Shinden-ryū vient très probablement du nom donné à la branche de Shimomura par Hosokawa, Musō Shinden Eishin-ryū.

L’école Musō Shinden ryū, ainsi que l’école Musō Jikiden Eishin ryū sont toutes les deux issues d’une même école fondée au XVIIe par Hayashizaki Jinsuke Minamoto no Shigenobu.

Ce sont aujourd’hui les deux Ko-Ryu les plus représentées même s’il existe bien d’autres Ko-Ryu : une cinquantaines de Ko-Ryu sont répertoriées de nos jours, mais dans le passé, il devait y en avoir plus d’une centaine.
Les kata du Musō Shinden-ryū ont un certain nombre de différences avec les kata de son art frère, Musō Jikiden Eishin-ryū . Parmi les plus visibles sont la manière dont le furikamuri (levé du sabre, aussi appelé furikaburi ) et le nōtō (l’action de rengainer) sont faits. Les deux arts diffèrent également de beaucoup d’autres écoles d’ iaijutsu en ce sens qu’il n’y a pas de kiai .

Furikaburi

Après avoir frappé d’une main, principalement sur le nukitsuke (coupe en dégainant le sabre), l’épée est amenée à une position d’environ dix centimètres au-dessus de l’épaule gauche, le bord de la lame vers le haut et la pointe tournée vers l’arrière. Le mouvement ressemble à une poussée vers l’arrière. Contrairement à Musō Jikiden Eishin-ryū, l’épée ne tombe pas derrière le dos mais reste toujours au-dessus de la hauteur des épaules. La main droite soulève alors l’épée au-dessus tandis que la main gauche prend sa place sur la poignée, entrant ainsi dans la position jōdan ou kamae . L’épée devrait maintenant être juste dans la ligne médiane du corps, avec la pointe levée de quarante-cinq degrés vers le haut et votre main gauche planant juste au-dessus de votre front.

Nōtō

Au Musō Shinden-ryū, l’action de rengainer est réalisée horizontalement avec la lame vers l’extérieur. Ce n’est que lorsque l’épée fait environ les deux tiers de la saya  que le bord est tourné vers le haut. La lame et la saya doivent traverser la ligne médiane à un angle de quarante-cinq degrés pendant le gainage.

Les séries de Kata

Shoden  – 初 伝

Le mot « Shoden » peut être traduit par « première transmission ». Cette série de kata commence à partir de la posture assise seiza . Le kata Ryūtō , qui implique la technique d’ Ukenagashi , est souvent considéré comme le kata le plus difficile de cet série.

Le septième kata,Juntō n’a été créé ni pour le duel ni pour l’autodéfense, mais pour servir de kaishakunin. Il est interdit d’effectuer ce Kata lors de démonstration ou de passage de grade.

La liste des douze kata de la série Shoden :

  1. Shohattō (初 発 刀)
  2. Satō (左 刀)
  3. Utō (右 刀)
  4. Ataritō (当 刀)
  5. In’yō Shintai (陰陽 進退)
  6. Ryūtō (流 刀)
  7. Juntō (順 刀)
  8. Gyakutō (逆 刀)
  9. Seichūtō (勢 中 刀)
  10. Kōrantō (虎 乱 刀)
  11. In’yō Shintai Kaewaza (陰陽 進退 替 業)
  12. Battō (抜 刀)

Chūden – 中 伝

Le mot « Chūden » peut être traduit par « transmission moyenne » et se compose de dix techniques. Cette série de kata est exécutée à partir de la position assise de tachihiza (plus communément appelée tate hiza ). Contrairement à la première série de kata , l’ennemi est considéré comme étant assis très près et donc le but principal des techniques chūden est de créer une distance de coupe appropriée ( kirima ) en reculant au lieu d’avancer.

  1. 01. Yokogumo (横 雲)
  2. 02. Toraissoku (虎 一 足)
  3. 03. Inazuma (稲 妻)
  4. 04. Ukigumo (浮雲)
  5. 05. Yamaoroshi (山 颪)
  6. 06. Iwanami (岩 浪)
  7. 07. Urokogaeshi (鱗 返)
  8. 08. Namigaeshi (浪 返)
  9. 09. Takiotoshi (滝 落)
  10. 10. Nukiuchi (抜 打)

Okuden – 奥 伝

Le mot « Okuden » peut être traduit par « transmission interne ». Cette série est divisé en deux groupes :

  • suwari-waza (techniques assises)
  • tachi-waza (techniques permanentes). Comme dans Chūden , les techniques de séance sont réalisées à partir de tatehiza .

Suwari-waza – 座 業

  1. 01. Kasumi (霞) – Brume
  2. 02. Sunegakoi (脛 囲) – Couvrant le tibia
  3. 03. Shihogiri (四方 切) – Couper quatre coins
  4. 04. Tozume (戸 詰) – À travers les portes de l’écran
  5. 05. Towaki (戸 脇) – Le long des portes-moustiquaires
  6. 06. Tanashita (棚 下) – Sous l’étagère
  7. 07. Ryozume (両 詰) – Obstacles des deux côtés
  8. 08. Torabashiiri (虎 走) – Tigre en cours d’exécution
  9. 09. Itomagoi (暇 乞) – Demande d’autorisation d’absence [Trois formulaires]

Tachi-waza – 立業

  1. 01. Yukitsure (行 連) – Escorte
  2. 02. Rentatsu (連 達) – Escorte
  3. 03. Somakuri (惣 捲) – Couper les adversaires multiples
  4. 04. Sodome (総 留) – Coupures d’une seule main
  5. 05. Shinobu (信 夫) – furtif
  6. 06. Yukichigai (行 違) – En passant par
  7. 07. Sodesurigaeshi (袖 摺返) – Renverser les manches
  8. 08. Moniri (門 入) – Entrer dans la porte
  9. 09. Kabezoi (壁 添) – Le long des murs
  10. 10. Ukenagashi (受 流) – Bloquer et dévier
  11. 11. Oikakegiri (追 掛 斬) – Poursuivre et couper
  12. 12. Youshihikitsure (両 士 引 連) – Voyage accompagné